Eduquer un fils : lui apprendre force, justice et sagesse

Il n’est pas encore 5 heures du matin alors que je m’apprête à rédiger cet article. Pas facile d’écrire aussi tôt – un record – mais j’ai fait un rêve puissant.

J’entrais dans des WC publics. Il s’y trouvait un enfant basané d’une dizaine d’années qui se trouvait être quelque chose comme mon fils spirituel. Par simplification, pour la suite de l’article, je l’appellerai simplement « mon fils ». Il était avec un autre garçon avec lequel il semblait chahuter. A ce stade, je restais indifférent.

Puis, mon fils me balança sur l’avant-bras droite une sorte de chaîne, faite comme un collier avec des dents qui vinrent Continuer la lecture de Eduquer un fils : lui apprendre force, justice et sagesse

Une économie verte ?

Un but clair et légitime

L’initiative propose de limiter notre empreinte écologique, afin qui si toute la population mondiale consommait la même chose, la terre pourrait l’assumer. Sur le principe, cette vision semble juste et n’a pas à être contestée. Comme souvent, c’est l’applicabilité qui doit être évaluée. Selon le Global Footprint Network, avec 5.8 hectares nécessaires pour couvrir les besoins moyens d’un habitant (nourriture + énergie), l’empreinte écologique du Suisse moyen se situe à la 18e position mondiale, devant des pays comme la Russie, la France, mais loin devant ce que la planète peut supporter (1.7 hectares par habitant), ce en quoi nous sommes subventionnés par les pays les plus pauvres (par exemple, le 140e pays, l’Érythrée utilise 0.4 hectares par habitant) et partiellement par l’utilisation « à crédit » des ressources non-renouvelables. La Suisse doit donc Continuer la lecture de Une économie verte ?

Radio Londres : les Anglais parlent aux Européens

Et voilà, c’est le raz de marée, la panique, la catastrophe, la chienlit ! A une courte majorité, le peuple anglais a décidé de quitter l’Union Européenne. La livre sterling chute, les bourses du monde entier chutent (nouveau crash-test de mon portefeuille) et les banques sont mi-figue, mi-raisin : d’un côté, leur cours en bourse chute, mais de l’autre, elles gagnent des sommes colossales parce que l’évènement génère une suractivité boursière peu explicable (les professionnels auraient-ils paniqué en masse ?) qui dépasse tout entendement.

Ensuite, deuxième phase, ce sont les déçus qui en masse veulent Continuer la lecture de Radio Londres : les Anglais parlent aux Européens

Qui a peur du grand méchant Brexit ?

Comme disait Coluche : « Je me marre » ! Quand des analystes, économistes, journalistes, rédacteurs, Chief investment officers, CEO et autres génies s’expriment sur l’Union Européenne, ils nous resservent toujours des tragédies grecques : La pauvre Allemagne, qui aurait besoin d’une devise forte et qui est enfermée dans l’Euro. La pauvre Suisse, qui a une devise indépendante trop forte qui lui empêche de rester compétitive. La pauvre Grèce, qui se retrouve dans la zone Euro qui lui impose une devise forte, alors qu’elle aurait besoin d’une devise faible.

Ensuite, « to be or not to be in the UE », telle est la mode actuelle de déformer Shakespeare, dans une tentative littéraire des journalistes pour nous faire Continuer la lecture de Qui a peur du grand méchant Brexit ?

Nobody

Journée de déprime. Pluie qui m’a trempé pour la matinée, matinée vide et stupide. Matinée perdue, payé à être assis à écrire des textes inutiles qui ne seront lus que par mon chef dépressif. Ce plafond qui se réduit au fur et à mesure que passe la journée et qui nous fait nous rapetisser, comme le décrivait mieux que moi le grand Kafka.

Aujourd’hui, je n’ai même pas eu envie de jouer du violon. Certes à midi j’ai eu l’occasion de Continuer la lecture de Nobody

Sommes-nous des esclaves ?

Aujourd’hui, lorsque l’on pense à un esclave, on visualise généralement les Africains déportés en Amérique. Alors, la réaction normale, c’est de se dire que nous n’avons rien à voir avec cette misère.

Un autre exemple, les travailleurs du sexe. Peu importe qu’ils aient choisi leur job librement ou qu’ils y soient contraints, des âmes bien-pensantes allégueront qu’aucun d’entre eux n’a choisi ce métier. Or des films, articles, documentaires et reportages insistent sur le phénomène de Continuer la lecture de Sommes-nous des esclaves ?

La meilleure vie : en couple ou le célibat ?

Image d’illustration tirée de demotivateur.fr

Telle était la question que je me posais en fin de soirée. Je courrais tranquillement, je venais de quitter la lisière de la forêt, de passer devant l’église du village et je longeais une école, tout cela après être parti un peu auparavant d’un coup de tête après avoir vu le film The Gambler.

Ce film m’a fait réfléchir, mais peu importe. Après tout, si un film ne m’inspire pas, je finis par  Continuer la lecture de La meilleure vie : en couple ou le célibat ?

In mortem vita

Cela faisait longtemps. Que je n’avais plus écrit en latin. Le requiem résonnait dans la sono comme si j’étais à l’église et que le choeur était là, à deux pas de moi. Je reposais dans mon bureau, la petite pièce au centre de mon appartement et j’écoutais. J’entendais la famille qui chuchotait. Ma femme encore jeune qui pleurait à chaudes larmes, mes beaux-parents qui tentaient de Continuer la lecture de In mortem vita

Le PS instaure l’état d’urgence à Paris, puis fait la morale à la Suisse !?

En tant que Français de Suisse, j’ai reçu ces étonnantes instructions de vote du PS français. Je ne serais certes pas étonné si le message venait des socialistes suisses qui s’opposent souvent à l’UDC et disposent d’une certaine crédibilité pour le faire.

Dans le contexte actuel, je trouve le message des socialistes français fort malvenu. Je le reproduis ci-après, suivi de ma réponse : Continuer la lecture de Le PS instaure l’état d’urgence à Paris, puis fait la morale à la Suisse !?

Etat d’urgence – Maréchal vous revoilà ?

Ma 2e patrie est un pays très étrange. Je me garderai certes de la critiquer, tout comme les actions de notre bienfaiteur à tous le grandissime Président de l’Etat des Carottes, son excellence, François 1er de Hollande. En effet, dans cette démocratie vacillante, dont les services secrets sont en pleine croissance, où la police a été libérée de ses contraintes judiciaires, des propos mal choisis sur internet peuvent être assimilés à du terrorisme. Or ce crime est passible de la perte de la nationalité. Mais uniquement pour les double-nationaux.

Station abandonnée


Comme vous le savez, l’Etat des carottes a été fondé une première fois par le Maréchal des Potins. Ce dernier, héros d’une guerre centenaire, amateur de gloire et de Continuer la lecture de Etat d’urgence – Maréchal vous revoilà ?